Six étapes pour décatastropher

Six étapes pour décatastropher la colère

Cette méthode ne consiste pas à montrer sa colère, mais à la connaître. Et c’est là que la méthode commence, avec la réassurance que savoir que l’on est en colère n’est pas la même chose que montrer que l’on est en colère. Il s’agit d’une méthode de contrôle des symptômes destinée à diminuer la tension tout en augmentant la conscience de la colère.

La méthode est simple. Lorsque vous êtes en proie à de fortes sensations de tension, d’inquiétude, de malaise gastrique, etc., cherchez la colère non reconnue qui se cache derrière l’anxiété.

  1. La prochaine fois que vous ressentez une forte anxiété, asseyez-vous immédiatement et, en mots simples ou en phrases brèves, écrivez une liste aussi longue que possible en réponse à cette question spécifique : “Si j’étais en colère, à propos de quoi pourrais-je être en colère ?” Le caractère hypothétique de la question est une caractéristique essentielle. Vous n’avez pas besoin de vous engager à être en colère contre quoi que ce soit sur la liste – vous ne faites que spéculer à ce sujet.
  1. Réfléchissez à ce que vous avez ressenti en écrivant la liste. Quel effet cela fait-il de voir ce que vous avez ? Qu’est-il arrivé à votre niveau d’anxiété ?

“3. révisez la liste. Y a-t-il quelque chose sur la liste qui nécessite une action ? Que pouvez-vous laisser tomber ?

  1. Si quelque chose nécessite une action parce que l’on vous fait du mal, que l’on profite de vous, que l’on vous ignore ou pire encore, discutez avec quelqu’un de votre intention d’agir afin de ne pas vous mettre en danger avec une situation mal gérée. Après tout, vous avez ressenti votre colère comme une anxiété, il y a donc de fortes chances que vous ne sachiez pas gérer votre colère.
  1. Il peut être très utile d’acquérir des compétences en matière d’expression de la colère. Apprendre à s’affirmer plutôt qu’à être agressif est un bon début pour les personnes qui sont réticentes ou excessives dans l’expression de leur colère.
  1. Vous pouvez ensuite détruire la liste ou en discuter en thérapie. Je demande à mes clients de discuter avec moi de leurs réactions à la rédaction de cette liste, et s’ils se sentent à l’aise, il peut être utile d’entendre toute la liste. S’ils se sentent à l’aise, il peut être utile d’écouter toute la liste. Lorsqu’ils revoient la liste et leurs réactions après l’avoir écrite, ils comprennent mieux le lien entre colère et anxiété. Cela ouvre la porte à des niveaux plus profonds de psychothérapie pour résoudre les problèmes psychologiques liés à la colère.

Autres articles